Voyager avec son père dans différents pays du monde est une expérience que je souhaite à tous les globetrotteurs. Pendant la période de Noël, j’ai décidé de l’interviewer pour avoir son avis sur son voyage au Québec en 2020 et en Thaïlande en 2023. Pendant notre séjour en Thaïlande, nous avons voyagé vers le nord : Chiang Mai, Chiang Rai et Pai où j’ai initié mon père au scooter, tatouage et petits plats thaïlandais délicieux. Bonne lecture.

 

Zoom sur l'article

 

Interview de Daniel Trumel : retraité globe-trotter au Québec et en Thaïlande

 

Pour écouter l’interview au format audio, c’est par ici que ça se passe (Google Recorder)

Lecture - Podcast à écouter d'urgence en voyage

Inès : Bonjour Daniel. Donc on est en direct de Chiang Mai (nord Thaïlande) avec un petit jus/smoothie en plein centre ville.

 

Donc est-ce que tu peux te présenter rapidement ? 

Daniel : Oui. Je m’appelle Daniel. J’ai 64 ans. Je suis à la retraite et je suis venu retrouver ma fille Inès à Chiang Mai en Thaïlande.

I : Merci beaucoup (d’avoir accepté l’interview). C’est ton deuxième voyage avec moi.

D : Oui absolument. Mon premier était à Québec. Et maintenant, c’est la Thaïlande.

I : Très bien, alors, rentrons directement dans le vif du sujet.

 

Qu’est ce qui t’a motivé en premier lieu à voyager en Thaïlande ?

D : Premièrement, retrouver ma fille que je n’avais pas vu depuis plus de 6 mois, qui me manquait, ce qui est un peu logique quand même en tant que père.

Mais aussi pour découvrir et redécouvrir ce pays qui amène chaque jour de nouvelles surprises. En fait, c’est ça qui est étonnant.

De très bonnes surprises ! C’est un peuple adorable avec le sourire, un temps magnifique.

 

Selfie avec des moines à Bangkok

 

I : Très bien. Ou êtes-vous allé (tous les deux) en Thaïlande (jusqu’à présent) ?

D : J’ai atterri à Bangkok, ville énorme mais fantastique. J’ai déjà vu pleins de choses : des temples, des marchés… Ensuite, nous avons pris le bus. Nous avons fait 12h de bus de nuit avec un arrêt ou ils nous servent une soupe de chez eux qui était excellente. Et voilà le voyage s’est bien passé. 12h ça paraît long mais en fait c’est pas très long.

Et on est arrivé à Chiang Rai. Petite bourgade sympathique avec des ruines anciennes qui étaient vachement belles. Et il y avait aussi un marché de nuit aussi fantastique et géant.

On a aussi pris le train pour Ayutthaya.

 

I : Que penses tu des temples de Thaïlande ?

D : Ah… Les temples sont extraordinaires. Tous différents, d’une richesse remarquable et surtout d’une sérénité époustouflante. Un grand respect je trouve. Et quelle belle tradition que le bouddhisme.

 

I : Comment comparerais-tu la vie quotidienne en France et en Thaïlande ?

D : C’est le jour et la nuit ! En fait en France, c’est un petit peu compliqué.La vie française est beaucoup plus stressante, oppressante et fatigante je trouve.

Ici en Thaïlande je trouve qu’on a cette liberté et sérénité. On se lève le matin et il fait beau. Les gens sont souriants et agréables. Je trouve qu’il y a une grande différence avec le comportement  des gens et beaucoup plus de respect en général.

 

 

I : Est ce que tu es déjà allé en Asie ?

D : Oui, mais seulement en Inde.

I : D’accord. J’imagine que c’est totalement différent entre l’Inde et la Thaïlande ?

D : Ah, totalement. C’est un autre monde là bas. Par contre la population est très sympa aussi mais c’est autre chose.

 

I : Tu as voyagé où en Inde ?

D : J’ai fait toute la partie du Rajasthan qui était soit dominance anglaise à l’époque. On retrouve bien cette influence d’ailleurs. Voilà, j’ai passé 21 jours en Inde.

 

I : Tout seul ou avec des ami(e)s ?

D : Avec des amis. On était 4 au total. J’ai vu peut être une des plus belles merveilles du monde : le Taj Mahal à Agra. Ça, c’était vraiment magnifique. Après… je trouve que les campagnes de l’Inde sont très belles avec les gens qui sont souriants 

Par contre, j’ai trouvé la ville de New Delhi oppressante. J’ai ressenti une drôle de sensation là-bas.

I : Donc, si je comprends bien ça n’a rien à voir avec la Thaïlande.

D : Oui. Je pense que la Thaïlande on pourrait y vivre tout de suite là maintenant – je m’y sentirais chez moi. L’Inde, non, je pourrais pas.

 

I : Donc pour la première partie de cette mini interview, on va se concentrer sur la Thaïlande.

Qu’est ce que tu penses de la gastronomie thaïlandaise ?

D : Je la trouve excellente et presque tout est bon !

(Rires)

Je trouve que c’est d’une finesse remarquable. Ils préparent tout devant nous. Je trouve ça fantastique.

 

I : Peux-tu nous citer un plat ou deux pour mettre l’eau à la bouche à nos lecteurs / auditeurs ?

D : Oui, le pad thaï.

I : Oui, c’est vrai. Tu manges 2 pads thaï par jour.

D : Mais il n’y a pas que ça. Il faut tout goûter. Tout est différent mais tout est bon, bon, bon.

I : Par contre, c’est un peu épicé ! 

D : Oui, voilà. Il suffit de demander “no spicy”

Ensuite, ils ont beaucoup de fruits, on trouve de tout .. des mangues etc. Et les petits déjeuners ! Et surtout pas cher. Complètement dingue.

I : Oui c’est vrai que c’est très économique comme destination.

 

 

Comment décrirais-tu l’accueil des habitants de Thaïlande envers toi ?

D : C’est un accueil à bras ouverts. On est vraiment accueilli comme une famille. Et surtout le sourire en permanence. Quand on dit c’est le pays du sourire, je le confirme totalement et c’est merveilleux.

 

I : Quels défis ou difficultés as-tu rencontré en voyageant en Thaïlande ? 

D : Hum… en ce qui me concerne je ne parle pas l’anglais. C’est un petit souci mais à part ça il n’y a aucuns problèmes.

 

Pour en connaître davantage sur le Thaïlande du sud, je te recommande de lire l’article : 8 raisons de découvrir l’île de Koh Tao.

 

I : Est-ce que si les choses étaient à refaire, tu apprendrais l’anglais plus tôt pour pouvoir voyager plus facilement ?

D : Oui, oui ! Je dis oui tout de suite car là c’est un handicap pour moi.

 

 

I : Donc ça peut être un conseil qui pourrait servir à d’autres. On a pas dit ton âge toute à l’heure… ah si, 64 ans. Est ce que tu penses que c’est difficile de l’apprendre maintenant ?

D : C’est pas que c’est difficile, je pourrais le faire mais je n’ai pas envie. Voilà, c’est personnel.

I : Ok, je comprends.

 

Quels endroits de Thaïlande as-tu trouvé vraiment incroyables à découvrir ?

D : Pour moi, je dirais que tout ce que j’ai pu faire… J’ai donc fait Bangkok, Chiang mai, Chiang Rai. Je vais faire le village de Pai. Tout est beau et différent. L’accueil aussi ya pas à dire. Entre les temples, les paysages et les gens, tout est à voir je pense.

 

 

I : Très bien, seconde partie de l’interview. On va parler de ton premier voyage que tu as fait deux ans auparavant au Canada et plus précisément au Québec. Donc tu m’as rejoint en plein hiver au Québec, c’était en mars 2020 et malheureusement on a été heurté par la première vague de COVID 19. Tu as dû rentrer plus tôt mais on a quand même pu profiter de deux semaines ensemble en plein hiver. On est parti en Gaspésie alors qu’il y avait encore de grosses tempêtes de neige.

Est-ce que tu pourrais nous partager, évoquer un souvenir qui te paraît intéressant et est-ce que tu as aimé ton séjour à Québec ? 

D : Alors pour répondre à ta question, j’ai aimé le séjour à Québec m’a totalement emballé. Pour les souvenirs, il y en a plusieurs en fait. Je peux en citer quelques-uns pour faire court.

I : Oui.

D : Déjà, vivre une petite via ferrata sur le Saint Laurent, c’est extraordinaire entre autres. J’ai vu les chutes Montmorency, c’est beau. C’est un petit point de vue à découvrir. Il y a aussi l’accueil des gens car j’ai eu la chance avec toi (Inès) d’être invité chez des locaux. Franchement, là c’est le paradis aussi. Il fait froid dehors mais la chaleur humaine est au moins à 35 degrés. 

 

Daniel en bonne compagnie !

 

 

Si tu veux explorer un peu plus intensément pendant ton séjour dans la belle province, je te recommande de lire 24 destinations méconnues à découvrir au Québec.

 

I : Donc si je peux faire un parallèle entre la Thaïlande et le Québec : l’accueil est incroyable dans ces deux pays.

D : Oui. Ce sont des gens qui nous accueillent à bras ouverts et ça change beaucoup de la France d’ailleurs.

I : Oui, en fait tu trouves que la France est une destination assez compliquée. (rires)

D : La France ce n’est plus ça. Il y a une période où c’était vachement bien mais je trouve qu’on n’est plus assez aimable. La vie est très chère. Je trouve qu’il y a des soucis aussi en France au niveau de la restauration – on se fait jeter – alors que ce soit en Thaïlande ou au Québec on est accueilli comme des pachas.

 

I : D’autres souvenirs à nous partager ?

D : Oui… Nous sommes allés dormir chez l’habitant aussi à Québec en pleine pampa gaspésienne. C’est une dame qui s’appelle Lucie Lou. On était dans sa demeure. Et là tempête de neige.

On a essayé d’aller déjeuner, enfin on a été manger une poutine. En revenant, il y avait de la neige partout. On ne voyait plus rien, ni même les champs. Eh ben, je me suis mis en feu de détresse, j’ai attendu. Ca neigeait des gros flocons. Et là, il y a un véhicule qui est arrivé : un RAM 15 cent. Il nous a dit :

 

Vous êtes perdu ou quoi ? (avec l’accent). “Suivez moi, je vous fait la trace”

 

Il a fait la trace, je ne l’ai pas suivi car il allait très vite et on est arrivé devant cette dame, Lucie Lou – on pouvait pas rentrer tellement il y avait de neige. Donc j’ai pris une pelle et j’ai déneigé, voilà. (rires)

 

 

I : Très très bien. Et qu’est-ce que tu as pensé de la ville de Québec ? 

D : J’ai adoré. Très sécuritaire. Je fais un lien entre la Thaïlande et le Québec mais on peut laisser notre portefeuille ou portable. Il n’y a aucuns problèmes. Et ça je trouve que c’est top car ce n’est pas le cas en France. 

 

I : Et qu’est-ce que tu as pensé de la ville de Montréal ?

D : Ah, ça, je ne l’ai pas vu. J’ai dû repartir à cause du COVID. Malheureusement.

I : Oui, malheureusement, ça a un peu gâché le voyage à la fin mais… C’était tout de même un très beau voyage ensemble.

 

En plein hiver à Québec : -25 degrés

 

Selon toi, comment la technologie a t’elle impactée ton/tes voyage(s) ? 

D : Je ne peux pas trop répondre car je n’ai pas de carte SIM. En fait, il faut acheter une carte SIM pour se promener avec Google Map. Bon là c’est ma fille qui le fait donc pas de problème. Non, ça roule. Par contre, il y a du WIFI partout – là non plus aucun souci de ce côté là.

I : Finalement avec la technologie maintenant, c’est devenu assez facile de voyager.

D : Oui, on peut dire ça. C’est simple.

 

Envie de découvrir de nouvelles applications pendant tes voyages ? Je te suggère de lire mon article : 10 applications super utiles (et gratuites) pour voyager.

 

Le meilleur repas en Thaïlande avec un accueil incroyable

 

I : Une autre question : quels sont les tout premiers voyages que tu as fait dans ta vie ? 

D : Le premier, c’était en Crète il y a très longtemps. J’avais seulement 18 ans.

I : Oui, c’était en mode routard de l’époque.

D : Exactement, on dormait sur les toits, c’est relax. En mode baba cool quoi.

 

I : Donc ok pour la Crête. Et ensuite quels voyages as-tu fait dans ta vie ? 

D : J’ai fait la Tunisie, l’Allemagne, la Suisse, l’Inde.

L’Egypte aussi… Alors là magnifique. 

 

I : Et le Mexique non ? 

(rires) Daniel a quelques trous de mémoire parfois mais ça va. Tout va bien. 

I : Oui et l’Inde on en parlé toute à l’heure. 

 

C’est quoi le mode de voyage que tu préfères ? Est-ce que tu préfères voyager seul ou en tour organisé, partir en vélo ? C’est quoi ton mode de voyage préféré ?

D : Non, seul, comme je fais là avec toi. Là, c’est bien. 

I : Oui donc accompagné quand même, avec des gens.

D : Oui, mais pas trop (rires)

 

L’accueil est tellement chaleureux en Thaïlande

 

I : Quels souvenirs de Thaïlande envisages-tu de ramener avec toi en France ? 

D : Euh… Des souvenirs dans mon coeur, dans ma tête ? 

I : Oui, ça peut être ça ou des souvenirs plus matériel que tu ramènes chez toi, en Normandie.

D : Ah, déjà, je me suis offert un beau bouddha parce que c’est apaisant. ça me plaît. Après, je vais pas ramener 50 000 souvenirs et cadeaux. Ce qui compte pour moi, c’est plus les souvenirs que j’ai à l’intérieur dans mon cœur et dans ma tête. C’est ce qu’il y a de plus beau. Quand on arrive devant un temple et qu’on ressent cette émotion. Ca c’est des souvenirs qu’on a pour nous, qu’on ne peut pas trop partager mais qu’on en a en nous et c’est très important.

I : Je suis bien d’accord. Est-ce que tu as des rêves de voyage ou des projets futurs en ce qui concerne le voyage / les destinations que tu aimerais faire ? Peut-être même des rêves qui ne se réaliseront pas forcément ?

D : Oui, j’avais le rêve d’aller au Népal mais je suis pas certain que je puisse trekker là bas car je ne fais plus beaucoup de sport donc… (rires)

On verra… Oui j’ai encore des rêves de voyages. Il y a pleins de destinations à découvrir et peut être aussi revenir ici en Thaïlande parce que c’est vraiment très sympa.

 

I : Oui, ça t’a bien plu cette petite destination thaïlandaise. Est-ce que tu as quelque chose à ajouter ? 

D : Je trouve que ce qui serait bien c’est que certains français qui sont un peu coincé de la tête, qui n’ont pas cette ouverture d’esprit viennent voir en Thaïlande comment ça fonctionne. Ca leur ferait le plus grand des biens. Parce que je trouve ici qu’il y a très peu d’égoïsme et de partage. 

 

Merci beaucoup à Daniel, donc mon père pour cette entrevue amusante entre la Thaïlande et le Québec. Voyager avec ses parents, c’est vivre assurément un autre mode de voyage. J’ai beaucoup aimé cette interview légère et rafraîchissante et j’espère que toi aussi. Si c’est le cas, je t’invite à la partager autour de toi et à me laisser un petit commentaire juste en dessous. Si tu aimes ce format d’article, je t’invite à lire : Eugénie, partie en tour d’Asie en solo ou encore Julien qui a démarré une nouvelle vie au Portugal. Merci.

 

Logo 999vies

L'Inspiration

Baroudeuse

Je ne spam pas ! Consulte ma politique de confidentialité pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Cette publication a un commentaire

  1. trumel

    Merci pour ce recit authentique et sincere je suis un pere comblé ,